Voyages Infos
bienvenue Invité !

Certaines sections du forum et la visualisation des photos étant réservées aux membres, nous vous invitons à vous inscrire afin de bénéficier de la totalité des rubriques.

Arawak.
Le Mexique autrement Messages%20(69)


Expériences et carnets de voyages, informations touristiques
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Le Mexique autrement

Aller en bas 
AuteurMessage
Arawak
Administrateur
Administrateur
Arawak

Localisation : Doornik (Belgikistan)

Le Mexique autrement Empty
MessageSujet: Le Mexique autrement   Le Mexique autrement Icon_minitimeJeu 20 Jan - 7:56

Le Mexique autrement 229725-casa-adopte-toutes-variantes-possibles

À l'heure où la vogue est au tourisme différent, équitable, durable et nature, Yelapa, minuscule hameau de pêcheurs dans la baie de Banderas, au Mexique, peut représenter pour certains le passage accessible du tourisme de masse aux vacances dans la marge.

Dans les années 60, hippies, routards et vedettes (Bob Dylan, Jack Nicholson, Elizabeth Taylor, Peter Fonda et d'autres) plantaient leurs tentes ou louaient une palapa sur la magnifique plage qui borde le fond de la baie de Yelapa. «Nous y vivions de l'air du temps, pour deux ou trois dollars à peine par jour», se souvient Bertrand, un technicien de scène originaire de Québec qui a vécu cette époque et qui refait encore de courts pèlerinages à Yelapa. Vestiges de cette période, quel­ques hippies vieillissants et impénitents se sont accroché les savates ici. Caricatures vivantes de la génération peace and love, on les voit encore adorer le soleil dans la position du lotus sur le sable chaud. D'autres gèrent de petits restos pittoresques comme le Bahia Café, sur le quai de la playita où nous débarquons.

Changements

L'intensification du tourisme a engendré une nouvelle ère à Yelapa. Avec l'électrification, survenue il y a à peine plus de cinq ans, les maisons sont passées de la hutte de paille au bâtiment de ciment éternellement inachevé. Toutefois, il ne se trouve pas encore de route pour accéder au village, qui repose au pied de hautes montagnes verdoyantes, dans un décor naturel de carte postale. Pas une voiture n'a pris la relève des chevaux et des ânes bien que quelques quads se fassent remarquer. Matériaux, biens de con­sommation, bouffe et touristes, tout arrive par bateaux-taxis qui mettent 40 minutes à relier la plage de Los Muertos, Puerto Vallarta, à celle de Yelapa. Ces embarcations déversent un flot incessant de vacanciers mais, aussi, de résidants ou de visiteurs d'un jour qui viennent profiter de la plage et explorer un village de moins en moins exotique mais toujours étonnant.

Qu'est-ce qui rend Yelapa spécial? On vient à Yelapa pour goûter des vacances différentes. Loin des grands hôtels et de tout ce qui définit le tourisme de masse, on recherche l'exotisme, le calme, le soleil et le dépaysement en plus d'un contact plus étroit avec la population, une meilleure distribution des revenus du tourisme, une certaine immersion culturelle et sociale. À cela peut s'ajouter une expérience nature dans l'environnement exceptionnel de la baie de Banderas, membre du Club des plus belles baies du monde et hôte d'une faune marine éblouissante. En ce qui me concerne, j'avoue avoir été également séduit par les propos d'amis qui ont adopté Yelapa et m'ont décrit un mode de vie simple et idyllique qui m'est apparu irrésistible. Qu'en est-il de la réalité?

Le charme et la singularité d'un séjour à Yelapa reposent d'abord sur le mode d'hébergement qui y est proposé et qui s'inspire essentiellement de l'habitation traditionnelle : la palapa. Devenue casa pour les touristes, elle adopte toutes les variantes possibles, du dénuement de la hutte au toit de chaume jusqu'à l'appartement d'une somptueuse simplicité mais dont la caractéristique demeure d'être ouverte à tous vents, donc dépourvue d'un ou plusieurs murs.

La découverte du village constitue une expérience en soi. Malgré son étroitesse, il faut quelques jours avant de se retrouver dans ce dédale étourdissant de ruelles difformes, de passages exigus et de placettes. D'autant que, comme les chevaux y circulent aussi, il faut regarder où l'on met les pieds. Ce n'est pas du premier coup que l'on retrouve la petite épicerie aperçue la veille ou le restaurant où l'on souhaite retourner le soir. À dire vrai, on ne trouve à peu près rien de beau dans ce village, sinon la vue sur la baie, mais tout y est fascinant.

Ses gens affables qui ne manquent de vous saluer; ses enfants rayonnants; sa multitude de chiens qui errent en tous sens et dont les jappements arrivent à couvrir les vocalises des coqs. Une centaine de familles habite ce bled perdu. Elles se font étonnamment discrètes bien qu'on entende derrière les murs les chansons mexicaines qui jouent à fond la caisse ou les enfants qui geignent pour ne pas aller au lit. J'ai vu les mères en robes blanches et leurs enfants en costume d'ange parader lors d'une fête religieuse. Entendu les chants provenant de la salle communautaire qui sert d'église. Et observé nombre de ces familles lors de leur sortie au restaurant. Toute une vie dans laquelle on peut s'immiscer avec respect.

Au resto et à la plage

On compte bien une vingtaine de restaurants à Yelapa. Il s'agit le plus souvent de petites entreprises familiales qui ne servent au souper que des spécialités mexicaines et où l'on mange très bien, à prix raisonnable. Dans le village, les restaurants ouvrent selon leur convenance mais, sur la plage, au dîner, on trouve aussi plusieurs excellentes tables tenues par les exploitants de chaises longues qui s'alignent côte à côte.

Comme le soleil est toujours au rendez-vous, les touristes se rendent généralement sur la plage en fin d'avant-midi pour savourer un premier margarita avant de passer aux fruits de mer et à la bière Pacifico ou au piña colada.

Du village, il faut traverser à gué la rivière Tuito pour atteindre le secteur de la plage où il y a toujours beaucoup d'action. Les vendeurs de colifichets et de pointes de tarte font partie du décor mais ne sont jamais insistants. Les allers-retours incessants des bateaux-taxis, qui débarquent leurs passagers directement sur la plage, finissent malheureusement par agacer à cause de l'odeur persistante d'essence qui règne sur la plage qui, d'autre part, s'avère des plus agréables.

On peut se réserver une heure pour faire une randonnée jusqu'à la chute du village, haute d'une cinquantaine de mètres. On peut grimper jusqu'à son sommet et s'y baigner dans un bassin. Une autre chute se trouve à deux heures de marche, et l'excursion se fait aussi à cheval.

Question d'hébergement

Le choix judicieux de l'hébergement reste le facteur déterminant quant au succès d'un séjour à Yelapa. Au départ, il faut visualiser les trois parties du village : la plage, le village lui-même puis la pointe ouest de la baie, de part et d'autre de la plage Isabel.

Les deux secteurs les plus agréables, à cause de la tranquillité, du panorama et du cachet des casas, demeurent l'extrémité est de la plage, dont le secteur ensoleillé du superbe petit complexe hôtelier La Lagunita. À l'autre bout complètement de la baie, le secteur de la plage Isabel recèle nombre de palapas terriblement exotiques dans un environnement boisé, près de la mer, plus isolé, très calme mais moins ensoleillé. Et tout au bout de cette pointe se trouve le secret le mieux gardé de Yelapa, le luxueux hôtel-boutique et spa Verana, qui n'accueille que 18 clients maximum dans un concept détente poussé à l'ultime. Neuf casas intimistes avec vue imprenable sur la baie pour 400 $ à 600 $ par jour ou 4000 $ par semaine en tout-inclus, sauf les soins naturellement.

L'hébergement dans le centre du village est à éviter à cause du bruit, bien que l'offre soit alléchante. Le tandem des casas Grace et Joanie où nous avons résidé illustre bien la situation. Bel appartement, confortable, avec cuisine et près des services, mais des chiens qui hurlent jour et nuit et un fond sonore qui gâche tout le plaisir. La situation peut s'avérer un peu moins pire dans les hauteurs du village ou sur la rivière, où les casas se trouvent plus isolées, en forêt, mais relativement éloignées de la mer. Le bon choix de résidence assure un séjour de paix et de repos en plus d'une expérience vraiment différente dans une communauté qui a su tirer partie du tourisme pour assurer sa survie.

_________________
Le Mexique autrement 130
Revenir en haut Aller en bas
http://picasaweb.google.fr/Heavygollum
Martine
Modératrice
Modératrice
Martine

Emploi/loisirs : loisirs, voyages, internet.
Localisation : Picardie, Compiègne

Le Mexique autrement Empty
MessageSujet: Re: Le Mexique autrement   Le Mexique autrement Icon_minitimeJeu 20 Jan - 8:56

Faut vraiment connaître.
De bons côtés et des moins bons à la lecture.

_________________
Martine
Revenir en haut Aller en bas
Nicole C
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Nicole C

Emploi/loisirs : Voyages, musique, espagnol, lecture
Localisation : Montréal, Canada

Le Mexique autrement Empty
MessageSujet: Re: Le Mexique autrement   Le Mexique autrement Icon_minitimeJeu 20 Jan - 14:38

Martine a écrit:
Faut vraiment connaître.
De bons côtés et des moins bons à la lecture.


accord +1
Revenir en haut Aller en bas
http://nossecretsdevoyage.forumperso.com/
Contenu sponsorisé




Le Mexique autrement Empty
MessageSujet: Re: Le Mexique autrement   Le Mexique autrement Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Mexique autrement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mexique : Un paradis nommé Riviera Maya
» Fréquentation touristique réduite de près de 50% au Mexique
» Mexique réserve de Sian Khan
» Mexique: 17 touristes enlevés au Chiapas
» Accident de bus au Mexique: le conducteur était en état d'ébriété

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyages Infos :: Discussions générales :: Idées de destinations-
Sauter vers: