Voyages Infos
bienvenue Invité !

Certaines sections du forum et la visualisation des photos étant réservées aux membres, nous vous invitons à vous inscrire afin de bénéficier de la totalité des rubriques.

Arawak.
Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu Messages%20(69)


Expériences et carnets de voyages, informations touristiques
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu

Aller en bas 
AuteurMessage
Arawak
Administrateur
Administrateur
Arawak

Localisation : Doornik (Belgikistan)

Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu Empty
MessageSujet: Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu   Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu Icon_minitimeMer 30 Mar - 12:44

Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu 38984

Dans cet archipel du bout du monde, situé dans l'une des plus importantes zones volcaniques de la planète, aucune île n'est comme les autres, et pour cause. Elles sont nées d'un même point chaud, mais à des périodes différentes, et elles ont évolué chacune à son rythme. Les premiers Blancs à y mettre les pieds croient accoster sur des îles de fin du monde. Le naturaliste Charles Darwin y voit au contraire des îles du début de la création.

Dragons de mer, fous à pattes bleus ou à pattes rouges, crabes rouges, tortues géantes, iguanes, lions de mer, manchots, sable rouge, lave noire, forêts de cactus, végétation de survie, les Galápagos, c'est le monde perdu, un archipel aux allures plus arctiques que tropicales, «les jardins de l'enfer», comme les surnomme Darwin. Elles sont surtout une occasion unique de découvrir le paradis perdu. Dans ces îles, 50 % des oiseaux, 90 % des reptiles, 30 % des plantes et 45 % des insectes sont endémiques et en font un archipel unique au monde.

Aux Galápagos, les crabes rouges grimpent sur le dos des iguanes pour les débarrasser de leurs parasites, tandis que les pinsons font de même pour les tortues géantes et que les lézards rendent la pareille aux lions de mer. La buse et le serpent se nourrissent d'iguanes, qui eux se nourrissent de feuilles de cactus. Les dragons sont devenus amphibies pour se nourrir d'algues à défaut de pouvoir subvenir à leurs besoins sur une terre volcanique et ingrate. Les cormorans ont vu leurs ailes s'atrophier et sont devenus pêcheurs. Les tortues peuvent se priver de boire et de manger pendant un an. Pour mieux survivre, elles ont développé une carapace en forme de selle de cheval qui leur permet d'atteindre plus facilement la nourriture en hauteur. Les hiboux des marais jouent au chat et à la souris avec les oiseaux de mer. Les pinsons à bec pointu se perchent sur le dos des oiseaux de mer et leur arrachent quelques plumes du croupion pour faire perler le sang dont ils se nourrissent. Autres lieux, autres moeurs.

L'homme blanc découvre accidentellement ce monde perdu au milieu du Pacifique au début du XVIe siècle, mais n'y prête guère attention. L'archipel devient un repère de pirates et d'aventuriers. On remarque d'innombrables oiseaux et des tortues géantes, baptisées Galápagos («selles de cheval», en espagnol), en raison de la forme de leurs carapaces. Elles donneront leur nom à cet archipel de quelques dizaines d'îles et d'îlots.

Lorsque Charles Darwin arrive à bord du navire Beagle le 15 septembre 1835, les îles Galápagos ne sont donc déjà plus une terre vierge. Il note que les espèces évoluent en fonction de leur environnement et de leurs besoins pour survivre. Isolées du reste du monde, les espèces végétales et animales se sont transformées et ont développé des particularités. Ses observations sont à l'origine de sa théorie de l'évolution des espèces.

Un séjour aux îles Galápagos est une expérience inoubliable et s'organise longtemps à l'avance. On peut, depuis un camp de base dans les îles, notamment à Puerto Ayora, faire un va-et-vient au quotidien pour en découvrir les différents attraits. Mais les heures de navigation limiteront beaucoup le temps qui pourra être consacré aux randonnées pédestres et à la plongée en apnée. L'autre option consiste à faire une croisière et à voguer d'une île à l'autre pour toute la durée du séjour. Les trajets entre les îles se faisant en soirée ou de nuit, cela permet de consacrer plus de temps pendant le jour aux activités de découverte.

Que vous décidiez de découvrir les îles une à la fois ou de faire une virée de plusieurs jours (4, 8 ou 12 jours) autour des îles, vous serez accompagné d'un guide en tout temps et vous n'arpenterez que des sentiers bien balisés. C'est à ce prix que vous pourrez visiter ce lieu d'un autre monde, un paradis fragile qui a pour pire ennemi l'homme.

Bien qu'un certain nombre de visiteurs fréquentent l'archipel depuis des années, ce n'est qu'au début des années 70 que le tourisme a pris son envol. Les Galápagos accueillaient quelque 25 000 visiteurs annuellement dans les années 80, une clientèle plutôt jeune qui s'accommodait très bien d'un séjour à bord de vieux rafiots et de conditions de voyage plus difficiles. Aujourd'hui, de 300 à 500 visiteurs débarquent aux îles Galápagos quotidiennement (environ 150 000 annuellement).

Jour 1

Une virée aux îles Galápagos nous amène, depuis l'aéroport de Baltra, à Puerto Ayora, sur l'île de Santa Cruz. Centre d'activités de l'archipel, c'est de là que partent les bateaux pour la tournée des îles. Mais avant de quitter Santa Cruz et de prendre le large, une visite à la réserve de tortues géantes El Chato et à la station de recherche Charles-Darwin s'impose. Ce face-à-face avec les tortues géantes, ce contact intime avec la nature donne le ton au voyage.

Jour 2

Un trajet de nuit nous amène au large de l'île de Rabida. Des frégates et des pélicans, attirés par les odeurs de la cuisine et las de nous suivre à coups d'ailes, ont élu domicile sur le pont. Sur l'île, les fous à pattes bleues sont déjà à pied d'oeuvre, alors que les lions de mer, les iguanes, les crabes rouges et les lézards, préférant profiter des premiers rayons de soleil, tardent à commencer la journée. La plongée en apnée au large de l'île permet de côtoyer les tortues et les lions de mer, sans oublier la multitude de poissons tropicaux.

À James Bay, sur l'île de Santiago, située à quelques encablures de Rabida, les dragons de mer se fondent dans un décor de roche volcanique. À la baie de Sullivan, qui deviendra notre terrain de jeu pour l'après-midi, ce sont les manchots qui sont au rendez-vous.

Jour 3

Autant l'île de Santa Cruz, l'une des îles les plus âgées de l'archipel, est couverte de végétation, autant l'île de Bartolomé, située au large de l'île de Santiago, trahit ses origines volcaniques et son jeune âge, soit à peine un million d'années. C'est probablement le site le plus époustouflant qu'offrent les îles Galápagos. Ce paysage lunaire est le territoire des iguanes et des manchots. Bartolomé est aussi le rendez-vous des tortues de mer qui laissent, après la ponte sur la plage, des traces de leur passage comparables à celles de Big Wheels.

Jour 4

Sur l'île de Baltra, ce sont les mangroves qui retiennent l'attention. Dans des eaux peu profondes et à l'abri des intempéries vivent des tortues marines, des requins et des raies. En après-midi, ce sont les frégates de l'île de Seymour qui marquent notre séjour. Pendant la saison des amours, le mâle gonfle son sac gulaire rouge vif pour conquérir la femelle.

Jour 5

Un arrêt à l'île de Plaza Sur permet d'aller à la rencontre des lions de mer et des iguanes terrestres qui trouvent leur survie dans les cactus géants et les algues vertes et rouges qui tapissent le sol. Plus tard, en après-midi, la plongée au large de l'île de Plaza Norte permet d'observer les tortues de mer, les raies et les lions de mer.

Jour 6

À l'île de Santa Fe, nous avons rendez-vous avec les lions de mer qui acceptent volontiers de partager leur plage.

Jour 7

L'île d'Española est la plus âgée. Elle aurait quelque 3,5 millions d'années. Elle n'a presque plus de végétation, mais elle compte néanmoins une colonie importante de lions de mer et d'iguanes. Presque tous les albatros de la planète s'y donnent rendez-vous une fois l'an pour se reproduire après avoir passé six mois en mer. Dans la baie de Gardner, nous nageons avec des colonies de poissons et les lions de mer qui acceptent de partager leur banc de sable.

Jour 8

À l'île de Floriana, un arrêt s'impose au bureau de poste. Des touristes y déposent leur courrier non affranchi dans un baril qui sert de boîte aux lettres. Ils comptent ensuite sur la gentillesse d'autres touristes qui passeront après eux, décideront de le rapporter dans leurs bagages et d'assurer un suivi en le postant aux destinataires une fois de retour à la maison. Cela prendra le temps qu'il faudra. Punta Cormoran, situé non loin de là, est un lieu de nidification des flamants roses. Devil's Crown, une couronne rocailleuse formée par le cratère d'un ancien volcan et située au large de Floriana, est un endroit à privilégier pour nager avec les lions de mer et les poissons tropicaux. Ce sera la dernière escale avant de revenir au bercail et de jeter l'ancre au port de Puerto Ayora.

Repères

Formalités : Aucun visa n'est requis.

Argent : La monnaie officielle de l'Équateur est le dollar américain. À titre indicatif, il en coûte 20 $US pour traverser le pays du nord au sud en autocar et pour se loger (chambre double) selon le confort recherché.

Climat : Les îles Galápagos jouissent d'un climat chaud et humide de décembre à juin (30 °C) et sec et frais de juillet à novembre (20 °C). Si on peut y aller en tout temps, la période de décembre à juin est plus agréable. La mer y est plus calme et la température plus propice à la plongée.

Patrimoine : Classées parc national en 1959, les îles Galápagos sont aujourd'hui inscrites sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Prix : Le prix d'une croisière dans les îles varie beaucoup en fonction de la durée et du confort recherché. En plus du billet d'avion entre Quito-Guayaquil et l'archipel (400 $US) et les frais d'entrée dans le parc (100 $US), il faudra débourser entre 125 $US et 1000 $US par jour pour une croisière de 4, 8 ou 12 jours selon l'itinéraire proposé.

http://www.ecuadortravelsite.com/galapagos/galapagos_cruises.html

_________________
Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu 130
Revenir en haut Aller en bas
http://picasaweb.google.fr/Heavygollum
 
Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Îles Galápagos : au coeur du paradis perdu
» oiseau de paradis
» oiseau du paradis
» Au coeur du vrai Cuba
» Risotto courgettes et coeur de laitue .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyages Infos :: Discussions générales :: Idées de destinations-
Sauter vers: